Le dépôt d’offrandes de la tombe de la divine adoratrice Karomama (XXIIe dynastie ; vers 840 av. J.‑C.). Approche archéozoologique d’un assemblage remarquable
ISBN: 978-2-87457-097-1
/

Le dépôt d’offrandes de la tombe de la divine adoratrice Karomama (XXIIe dynastie ; vers 840 av. J.‑C.). Approche archéozoologique d’un assemblage remarquable

= Article =
 
C. CALLOU, «Le dépôt d’offrandes de la tombe de la divine adoratrice Karomama (XXIIe dynastie ; vers 840 av. J.‑C.). Approche archéozoologique d’un assemblage remarquable», dans B. LURSON (éd.), «De la mère du roi à l’épouse du dieu. Première synthèse des résultats de la fouille du temple de Touy et de la tombe de Karomama – Von der Königsmutter zur Gottesgemahlin. Erste Synthese der Ausgrabungsergebnisse des Tempels von Tuja und des Grabes von Karomama» (Connaissance de l'Egypte Ancienne, 18), Bruxelles, 2017.
-------------------------------------------------------------
L’analyse de l’assemblage archéozoologique découvert dans le puits funéraire de la tombe de Karomama confirme l’existence d’une pratique funéraire particulière. Composé presqu’exclusivement de restes de mammifères, le dépôt funéraire est constitué majoritairement d’une succession de morceaux de caprinés, et de bovin dans une moindre mesure. La présence, volontaire, de restes de chiens sur la partie supérieure du dépôt est assez inhabituelle.

Une comparaison avec un puits funéraires du temple d’Amenhotep II (situé au nord du Ramesseum, Thèbes-Ouest) permet d’envisager la possibilité d’une pratique funéraire locale, qui aurait perduré entre la Troisième Période Intermédiaire et la Basse Époque, peut-être même jusqu’à l’époque ptolémaïque.

Mots-clés : Archéozoologie, Dépôt funéraire, Pratiques funéraires, Chien (Canis familiaris)
--------------------------------------------------------------