Apprendre l'égyptien > | l'hébreu > | le latin > | le sanskrit >
Ordonner la diversité du vivant dans le Kitāb al-Ḥayawān d’al-ĞÂḥiẓ (776-868)
Remise 5%
ISBN: 978-2-87457-120-6 | EAN: 9782874571206 | REF. CELO4
par Meyssa Ben Saad

Coll. Cultures et Langues Orientales (CELO), 4
/

En préparation

Ordonner la diversité du vivant dans le Kitāb al-Ḥayawān d’al-ĞÂḥiẓ (776-868)

>>> Remise 5%

Zoologie et connaissance du vivant dans les sciences arabes médiévales



Le Moyen Age est encore vu comme une période de stagnation intellectuelle, voire non-scientifique, où l’autorité et la légende dominaient les champs du savoir, et prenaient le dessus sur l’observation et la raison, concepts qui n’auraient réellement été adoptés qu’à la Renaissance, remettant à jour la pensée aristotélicienne.

Dans l’histoire des sciences écrites en langue arabe, ont souvent été mis en avant les contributions en mathématiques, en astronomie, et en médecine, essentiellement à travers les écrits qui ont été transmis en Europe via les traductions en latin.

L’histoire de la zoologie arabe ne connaît pas encore de contours précis. Plusieurs raisons expliquent ce nombre peu élevé d’études. D’une part, pour un grand nombre d’historiens des sciences de la vie, la biologie et la zoologie ne sont pas considérées comme des disciplines individualisées avant le XIXe siècle. D’autre part, le corpus « zoologique » arabe médiéval, dont de nombreuses sources restent à ce jour inexplorées (manuscrits non édités, ouvrages non traduits en langues européennes, etc.), est vaste, riche, et très difficile d’accès (autant sur le plan philologique que scientifique), et le peu qui a été traduit et transmis en Europe n’est pas représentatif d’une zoologie « rationnelle », et celui-ci été assimilé à des œuvres à caractère encyclopédique ou de compilation (P. Provençal, 1992).

Depuis quelques années, plusieurs travaux de recherche menés par des historiens de la biologie arabisants ont tenté de déconstruire cette idée selon laquelle il n’existerait pas de zoologie médiévale arabe, en portant un regard nouveau, à la fois scientifique et philologique sur les sources. Les travaux pionniers de A. Aarab (Univ. Tanger) sur l’un des ouvrages majeurs de cette époque, le Kitāb al-Ḥayawān [Livre des Animaux] du savant arabe al-Ğāḥiẓ (776-868) ont mis en évidence la méthodologie scientifique de l’auteur, et ont révélé  les diverses descriptions du monde animal et de ses caractéristiques effectuées par l’auteur : analyses éco-éthologiques, descriptions de la migration des oiseaux, ou encore ce qu’on appelle aujourd’hui la chaîne alimentaire, des différents modes de reproduction de plusieurs espèces animales, etc., dans une forme de continuité avec les travaux d’Aristote, auxquels se mêlent des influences de la culture arabe, persane, mais avec de nombreuses remises en cause des textes anciens, remises en cause issues de son propre examen et de ses réflexions propres, apportant ainsi une part d’originalité et d’innovation.

C’est de cet auteur et de son œuvre naturaliste monumentale qu’il sera question dans notre ouvrage. Al-Ğāḥiẓ a été un de ces grands savants de l’époque abbasside, littérateur, théologien, et naturaliste, dont la dimension littéraire de son œuvre a quelque peu éclipsé la dimension « naturaliste » et scientifique auprès de la postérité.

Cet ouvrage, s’appuyant sur les analyses de A. Aarab, propose à travers une lecture contextualisée, historique (voire ‘historienne’ pour reprendre l’expression de J. Roger) d’explorer un des chapitres de la zoologie d’al-Ğāḥiẓ, à savoir l’organisation du monde vivant, plus particulièrement des animaux. En nous consacrant principalement à l’étude des grands groupes zoologiques, nous allons interroger la perception d’une éventuelle « classification » des animaux exposée par al-Ğāḥiẓ. Notre objectif est de voir quels critères distinctifs sont discutés et dans quelle mesure l’auteur participe à une réflexion sur les notions de catégorisation, de nomenclature et de l’interprétation de l’unité  et de la diversité du vivant à travers la définition de l’espèce ou du genre.

Cet ouvrage se veut historique et épistémologique, et s’attache à vouloir inscrire l’œuvre d’un savant médiéval dans une histoire longue des sciences de la vie, en ouvrant des nouvelles perspectives de recherches en histoire des sciences de la vie arabes et médiévales, invitant à la poursuite de l’étude de plusieurs textes encore inexplorés.

Mots-clés

histoire des sciences, sciences arabes-Moyen Age, Al-Ğāḥiẓ, adab, zoologie, classifications, histoire de la biologie, Kitāb al-Ḥayawān

Acheter

Pour être mis au courant de la date de sortie de presse de l'ouvrage, veuillez vous inscrire à notre lettre d'information à edition@safran.be